Interview exclusive/Débat sur la constitution guinéenne : « Je recommande la mise en place d’un organe restreint, inclusif et Ad hoc…», dixit Dr Sékou Koureissy Condé

L’ancien Secrétaire Général du Conseil National de la Transition en 2010, s’insurge contre ceux qui fustigent la constitution de la 3ème République. Il estime qu’ils n’ont pas la bonne interprétation des événements ni la meilleure lecture des circonstances historiques. Selon lui, le CNT a plutôt sorti la Guinée de l’impasse et consacré le retour à l’ordre constitutionnel.

 

Bonjour Dr. Koureissy Condé !

Le débat sur la modification de la constitution bat son plein. Certains pensent que le C N T aurait dû organiser un referendum au lieu de faire signer cette constitution par Ordonnance. L’ancien Premier Ministre Jean-Marie Doré serait parmi ceux qui souhaitaient le vote par referendum. Qu’en dites-vous?

Dr Sékou Koureissy Condé : La feuille de route issue des accords de Ouagadougou en janvier 2010, ne prévoyant en aucun cas, un recours à la voie référendaire. Il s’agissait de mettre en parce les organes de transition, définir leurs attributions respectives et boucler la nouvelle constitution avant le premier tour des élections Présidentielles qui étaient prévues pour la fin du mois de mai 2010. Et tout cela pour consacrer un retour pacifique et civil à l’ordre constitutionnel. Malgré toutes sortes de pressions et d’autres difficultés inhérentes à une telle mission historique, nous avons remarquablement accompli la mission, sans prolongation technique, nous sommes restés dans les délais et le Président élu a prêté serment le 21 décembre 2010.

Est-ce que la Constitution de la 3eme République interdit au Président actuel de réviser, modifier ou de proposer une nouvelle constitution ?

La constitution actuelle ne l’interdit pas expressément. Il faut d’ ailleurs  reconnaitre que du point de vue de la doctrine, la constitution de la 3eme République est une constitution de transition. Là n’est pas le problème. La bonne question est de savoir qu’est-ce que la nouvelle constitution apporte en termes de renforcement des bases démocratiques de notre système social. Ceux qui fustigent la constitution de la 3ème République comme prétexte, n’ont tout simplement pas une bonne interprétation des événements ou une bonne lecture des circonstances historiques qui ont conduit à son élaboration et à sa signature. Le CNT a plutôt sorti la Guinée de l’impasse et consacré le retour à l’ordre constitutionnel dans notre pays.

Alors, où est donc le problème?

Le problème, c’est comment dénouer la crise de confiance au sein de la classe politique toutes tendances confondues, et d’autre part, entre l’Etat et les citoyens. De ce point de vue, la différence des positions et l’expression pacifique des désaccords, aussi publiques soient-elles, sont  enrichissantes et même très démocratiques. Rien et nulle part, l’idée d’un 3eme mandat n’est prévue dans notre constitution et sous quelque forme que ce soit. De même, aucun projet de constitution n’a été officiellement présenté à qui que ce soit, pour le moment du reste. Alors de quoi discutons-nous ?  Les universitaires, les cadres et les institutions de la République doivent s’investir dans le débat pour mieux expliquer les choses. Il faut éviter à notre pays, d’autres crises aiguës et d’autres scènes de violence.

On apprend que certains militants anti-nouvelle constitution ont été arrêtés dans certaines préfectures qu’en dites-vous ?

On n’impose pas un referendum, on l’organise et derrière ce concept d’ORGANISATION  en majuscule, il y a présentation, débats, compréhension et adhésion aussi.

Je recommande la mise en place d’un organe restreint, inclusif et Ad hoc, comprenant des intellectuels de tous bords avec d’autres représentants de notre société. A eux de présenter le résultat de leurs travaux.

En tant qu’ancien secrétaire Général du CNT et ancien Médiateur de la République et consultant international en résolution des conflits, seriez-vous prêt à prendre la tête d’une telle commission ?

Le plus important est d’éviter des affrontements violents et de rechercher le consensus à tout prix.

Les commentaires sont fermés.