Violences contre la presse : Un journaliste d’Objectif224.com, brutalisé et séquestré par des policiers

Un journaliste a été brutalisé et séquestré, ce lundi, 13 janvier, alors qu’il couvrait la toute première journée des ‘’manifestations illimitées’’, lancées par le FNDC contre le projet d’une nouvelle constitution en Guinée.

Aux environs de 12h15, Amadou Tidiane Diallo, journaliste-reporter du site d’information Objectif224.com, a été pioché par trois agents de la police. La scène s’est déroulée au quartier Dar-es-Salam, non loin de l’endroit communément appelé ‘’Plaque Cellcom’’, sur la route Le prince, entre les ronds-points de Hamdallaye et Bambéto.

Son kidnapping est intervenu au moment où il interviewait un jeune qui accuse les mêmes agents de sécurité de lui avoir retiré son téléphone. Ayant reconnu leur pick-up qui approchait, le jeune a pu s’enfuir, laissant ainsi le journaliste à la merci de ces trois policiers.

Encore sous le choc, Amadou Tidiane Diallo revient sur les circonstances de son kidnapping. « Quand le jeune les a vus venir, il a couru pour entrer dans une cour voisine. Après, moi, j’ai voulu poursuivre mon chemin. C’est là qu’ils sont tombés sur moi à bras raccourcis. Ils m’ont donc brutalisé, allant jusqu’à déchirer mon sac à main et le gilet de reporter que je portais », explique-t-il, d’entrée de jeu.

Cependant, Amadou Tidiane Diallo n’était pas au bout de sa peine. « Ils m’ont arraché mes deux téléphones, mon dictaphone, mes écouteurs, tout en me dépouillant de mon argent. Après, ils m’ont triballé jusqu’à leur pick-up immatriculé PN 250 009 ».

Une fois livré à eux dans leur véhicule, les trois policiers vont à présent le couvrir de propos malveillants et méprisants. « Quand ils m’ont jeté dans leur pick-up, les policiers me lançaient avec insistance : ‘’Tu n’es pas journaliste. Tu es un faux journaliste. Tu es un manifestant. Donc, on va te saccager’’ », relate le pauvre Tidiane, qui traîne des douleurs corporelles.

Le reporter d’objectif224.com, à beau leur montrer patte blanche, les trois flics n’en faisaient qu’à leurs têtes. « Je leur ai répondu que mes deux badges de L’Indépendant et d’Objectif224.com, ainsi que mon gilet l’attestaient. Ils m’ont sommé de me taire. Je leur ai répondu que je ne pouvais pas, et que je tenais à ce qu’ils me rendent mes téléphones, afin que j’appelle le Général Baffoé (Directeur Général de la police, ndlr), qui pouvait le confirmer ».

C’est alors que l’un des policiers l’a informé que c’est le jeune qu’il était en train d’interviewer qui avait, en début de journée, blessé ‘’notre chef’’, dit l’homme en uniforme, comme pour s’excuser de leur attitude.

« C’est ce qui nous a choqués. Donc, on te demande pardon. Il faut partir », ajoutera le policier. Qui lui a aussitôt rendu ses effets.

Libéré après plus de 30mn de séquestration, Amadou Tidiane Diallo tente de se remettre de ses bobos physiques et de sa mésaventure. Il entend ainsi déposer une plainte régulière contre ces policiers, qui lui ont boire le calice jusqu’à la lie, alors qu’il ne faisait que son travail de journaliste.

La Rédaction d’Objectif224.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.