‘’Mosquée Diakiteyah’’ d’Hamdallaye2 : Une descente policière disperse la prière de 19h, à coups de gaz lacrymogènes

La prière du crépuscule de ce mardi, 14 janvier, a été rythmée par des jets de grenades lacrymogènes dans la mosquée dénommée Diakiteyah, secteur 5, au quartier Hamdallaye 2, dans la commune de Ratoma.

Les fidèles musulmans venus s’acquitter de leur obligation religieuse, ont été pris à partie, à coups de gaz lacrymogènes.

Un témoin de cette descente musclée confie que les « imams, muezzins et autres fidèles ont été pourchassés parfois jusque dans leurs chambres par les forces de l’ordre », précise-t-il.

Avant cette pluie de gaz lacrymogènes à l’intérieur de la mosquée, des agents de sécurité avaient déjà détruit, depuis hier, lundi, les ampoules qui éclairaient la cour de la concession abritant la mosquée Diakiteya. Il parait que ces ampoules illuminaient un  »peu trop » les parages de la mosquée.

Selon des témoins, le véhicule des forces de l’ordre qui s’en sont pris à cette mosquée, n’était pas identifiable. « Leur pick-up ne portait aucune plaque d’immatriculation. D’ailleurs, la plupart des pick-up de la police que j’ai vus aujourd’hui dans cette partie de Hamdallaye, ne portaient pas d’immatriculation », confient un autre témoin à notre reporter. Seule l’inscription « Police nationale », était lisible sur les portières.

Du coup, c’est une nuit de frayeur qui tombe sur Diakitéya et environs où des tirs nourris des forces de l’ordre sèment la panique dans les foyers.

Au moment où l’on écrivait cet article (21h), c’était presque le sauve-qui-peut dans certaines habitations situées aux alentours de ladite mosquée. Des vieillards, des femmes et des enfants sont brutalisés.

Des jeunes arrêtés par des agents de sécurité sont jetés dans des pick-up. Les bols de repas du soir sont renversés, des téléphones et de l’argent dérobés. Les mères de famille assistent, impuissantes, à ce spectacle.

Amadou Tidiane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.