Souley Thianguel de l’UFDG s’interroge : « Hier, il y a eu des affrontements à N’Zérékoré, Kamsar, Boké, mais pourquoi c’est à Labé qu’on a tué ? »

Invité de l’émission ‘’Les Grandes Gueules’’ de la radio Espace FM de ce mardi, 14 janvier, l’ancien responsable de la cellule de communication de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) a regretté, comme beaucoup d’autres acteurs sociopolitiques, les cas de morts survenus sur l’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa, à l’occasion des manifestations politiques.

Souleymane Thianguel Bah de dénoncer aussi ‘’l’impunité’’ dans le pays.

Dans cette veine, il soutient que les circonstances de ces tueries ne sont pas, dit-il, nouvelles. « C’est toujours la même chose, ce sont des gens qui sont abattus, traqués dans leurs quartiers. Et ce sont des jeunes qui n’ont aucune protection et qui ne bénéficient d’aucune justice dans ce pays depuis dix longues années. Dix longues années où la vie du Guinéen est banalisée. (…) Et derrière, il n’y a aucune enquête, aucune sanction… Lorsque des gens entrent dans cette partie de Conakry qu’on appelle l’axe », regrette-t-il.

L’opposant en exil d’enfoncer le clou : « Hier, par exemple, il y a eu des affrontements à N’Zérékoré. Des jeunes qui sont sortis brûler des pneus. On n’en a vus à Kamsar, Boké, mais pourquoi c’est à Labé qu’on a tué ? », s’est-il indigné.

Marliatou Sall

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.