Le transfert du Centre Africain de Développement Minier en Guinée : Réalité ou mirage ?

En fin mai début juin 2019, la Guinée a été l’hôte d’une importante délégation de l’Union Africaine (UA), venue en mission pour engager avec les autorités guinéennes compétentes les pourparlers et les démarches nécessaires, en vue du transfert en Guinée du Centre Africain de Développement Minier (CADM). Un transfert qui résulte d’une décision unanime des Chefs d’Etat de cette instance continentale de domicilier cette agence spécialisée de l’UA en Guinée. Il faut rappeler que cette décision a été prise quand le Président Alpha Condé assurait les hautes fonctions de Président en exercice de l’Union Africaine. Ce qui ressemblait à un cadeau de fin de mandat.

La presse guinéenne avait été invitée avec pompe pour couvrir deux semaines durant cet important évènement à coup de battage médiatique dont se réjouissait plus d’un Guinéen. Pour joindre l’utile à l’agréable, la partie guinéenne avait meublé les longues séances de travail finissant parfois tard la nuit et les visites de courtoisie aux plus hautes autorités du pays par des excursions touristiques dans les iles de Loos et d’autres sites attractifs du pays… Ce qui a sans doute agrémenté le séjour de la délégation de l’UA.

Au terme de cette mission, deux faits majeurs dont la presse s’était largement faite l’écho avaient retenu l’attention, entrainant l’enthousiasme de tous les Guinéens qui ont toujours caressé le rêve de voir un jour notre pays abriter une institution panafricaine, à savoir :
– La signature de l’accord de siège entre le gouvernement guinéen à travers le Ministère des Affaires Etrangères et la Commission de l’Union Africaine ;
– Plusieurs visites des chantiers de deux villas de la Cité des Nations, anciennement appelée « Cité de l’OUA » sise dans le cossu quartier administratif de Boulbinet que le Ministère des Mines et de la Géologie a mis à disposition, pour abriter respectivement le Secrétariat Exécutif du CADM et le domicile du Secrétaire Exécutif.

Depuis le départ de la délégation de l’UA, on a plus entendu parler de CADM, sauf quand le Chef de l’Etat y avait fait allusion, comme un trophée arraché de haute lutte, lors de la visite de son homologue Sud-Africain qui l’aurait aidé à obtenir le sésame.

Aux Ministères des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger et celui des Mines et de la Géologie, cette question ne semble plus être d’actualité ; les priorités semblent plus tôt ailleurs dans ces départements.

Devrons-nous, toutefois garder le secret espoir et l’intime conviction que le gouvernement tout entier, dans un sursaut de conscience et un élan patriotique, fera le nécessaire pour préserver l’honneur et la crédibilité de notre pays, en prenant toutes les dispositions requises pour un transfert rapide du CADM en Guinée ou classer cet autre dossier dans les « calandres grecques » ? Les semaines et mois à venir nous le diront.

Mamadou Oury Barry

Les commentaires sont fermés.