Grève/Coup de théâtre aux négociations avec le gouvernement : Oumar Tounkara ‘’représente’’ le SLECG à la place d’Aboubacar Soumah…

Les négociations entre le gouvernement et le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée devaient reprendre ce lundi, 27 janvier, au ministère de la Fonction publique, autour des huit (8) millions de francs guinéens, réclamés par le SLECG d’Aboubacar Soumah.

Dans la salle où se tiennent ces négociations, notre reporter a pu constater la présence des seuls responsables du SLECG suspendus ou radiés sur décisions signées par le secrétaire général Aboubacar Soumah.

Ainsi, à part Michel Pépé Balamou et Kadiatou Bah, respectivement secrétaires généraux du Syndicat National de l’Education et de l’autre version du SLECG, il y avait Oumar Tounkara et Mohamed Bangoura dit «Romeo», deux syndicalistes qui sont en froid avec Aboubacar Soumah.

Dans la foulée, l’on entendait des slogans à l’encontre du camp d’Aboubacar Soumah. « À bas les intérêts égoïstes ! Vive le syndicat de l’éducation ! A bas les aigris ! A bas les démagogues ! A bas les hypocrites ! A bas les intérêts personnels ! À bas la confusion ! », ont-ils entonné dans la salle de réunion du ministère de la fonction publique.

Du côté de l’Etat guinéen, on notait la présence du Dr Bano Barry, conseiller du président de la République et président de la commission de recensement des fonctionnaires enseignants, ainsi que les ministres de la Fonction publique, Billy Nankouma Doumbouya, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, Lansana Komara. Sans oublier le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, Mory Sangare et l’Inspecteur général du Travail, Dr Alia Camara.

Nous y reviendrons !

Amadou Tidiane Diallo,
Depuis le ministère de la Fonction publique

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.