Négociations ‘’sans’’ son SLECG : Aboubacar Soumah, pas surpris, car « on n’est pas concernés par le communiqué du gouvernement », précise-t-il

Les négociations ont repris ce lundi, 27 janvier, autour des huit (8) millions entre le gouvernement et les autres structures syndicales, en l’absence du SLECG version Aboubacar Soumah.

Dans la salle de négociation, la place réservée au SLECG version Aboubacar Soumah est restée vide, selon le constat de notre reporter.

Joint au téléphone à 15h50, par notre rédaction, pour en savoir plus sur les raisons de l’absence de son équipe, pendant que les autres syndicalistes sont en pleine négociation, Aboubacar Soumah a juré de ne pas s’assoir à la même table que ces autres syndicalistes. Qu’il qualifie de ‘’non-signataires’’ de l’accord du 10 janvier 2019.

« Nous nous ne pouvons pas être sur la même table que ces syndicats-là. Nous, on a suspendu les négociations avec le gouvernement pour que nos camarades qui étaient emprisonnés soient libérés’, rappelle-t-il d’entrée.

Avant de poursuivre : « Maintenant, comme ils sont libérés, on s’attendait à une invitation du gouvernement pour la réouverture des négociations qu’on avait suspendues. Alors, s’ils font maintenant appel à d’autres structures syndicales, nous, nous ne sommes pas concernés par ça. C’est nous qui avons déposé l’avis de grève, nous sommes en grève. Nous, on n’est pas concernés », persiste et signe M. Soumah.

En rappelant que dans le communiqué du gouvernement, diffusé à la télévision nationale (RTG), il est dit que ‘’les signataires de l’accord du 10 janvier 2019’’, sont conviés à cette rencontre. Mais, un communiqué qui, dit-il, précise les structures invitées pour la rencontre de ce lundi au ministère de la fonction publique : « Le communiqué est bien clair. Car, il dit l’intersyndicale de l’éducation FSPE (Fédération Syndicale des professionnels de l’éducation), le SLECG de Kadiatou Bah et le SNE de Michel Pépé Balamou », ajoute celui qui est par ailleurs le numéro 2 de l’USTG (syndicat des banques et assurances). Comme pour dire que son SLECG n’était pas concerné par les négociations de ce lundi, 27 janvier 2020.

Amadou Tidiane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.