Oumar Tounkara, à la fois provocateur et moqueur : « Moi, je représente le SLECG 1, dirigé par Aboubacar Soumah », dit-il

Les négociations qui ont repris ce lundi, 27 janvier, au ministère de la fonction publique entre le gouvernement et plusieurs syndicales, à l’insu du SLECG version Aboubacar Soumah, doivent se poursuivre les heures suivantes.

Les discussions d’hier, lundi, ont duré plus de six heures. Au sortir de la salle, le ministre de l’enseignement technique et de la formation professionnelle s’est montré laconique. « Nous sommes sur la bonne voie et les négociations continuent. Demain (ce mardi, 28 janvier, ndlr), nous nous retrouverons pour finaliser entre 11h et12h », a coupé court Lansana Komara.

Egalement présent à la rencontre, le ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation s’est dit satisfait des échanges avec les syndicalistes. « Nous sommes très avancés par rapport aux négociations. Ça va dans le bon sens. Nous espérons que demain par la grâce de Dieu, nous pourrons vous dire tout ce qui s’est passé. Pour le moment, je n’ai pas vu de résistance dans les deux camps. J’ai vu un engagement dans le sens de l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants. C’est ce que je lis sur les visages des enseignants. Et c’est ce qui nous anime nous aussi. Nous discutons du point 2 de l’accord du 10 janvier 2019. C’est ce qui a été obtenu lors du protocole », rappelle Mory Sangare.

Autre syndicaliste dont la présence a fait parler autour de cette table de négociations, c’est Oumar Tounkara, 2ème secrétaire général adjoint du SLECG version Aboubacar Soumah, exclu de cette structure par l’homme fort du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée.

Confirmant que les négociations ont porté sur le point 2 du protocole d’accord du 10 janvier 2019, il parle d’une rencontre inclusive. C’est-à-dire qui regroupe tous les syndicats du secteur de l’éducation. « La Fédération syndicale de professionnels de l’éducation, le SLECG 1 et 2, le Syndicat national de l’éducation SNE et le SEASIR Syndicat national autonome de l’enseignement supérieur, il y a eu des discussions ardues autour du point 2. Je crois que demain (ce mardi, ndlr), nous allons finaliser pour dire à l’ensemble des enseignants ce qui est acté à travers cette négociation inclusive au titre du point 2. Moi, je représente le SLECG 1. Le SLECG 1 est dirigé par Aboubacar Soumah et le SLECG 2 par Kadiatou Bah », tranche Oumar Tounkara.

Amadou Tidiane Diallo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.