Perturbation des cours par des élèves du public : La colère d’un directeur des études d’une école privée

La grève du SLECG déclenchée depuis le 9 janvier 2020, sur toute l’étendue du territoire national, empêche la tenue normale des cours dans plusieurs établissements publics, ainsi que dans certaines écoles privées de Conakry.

Mardi, 4 février dernier, par exemple, les cours ont été perturbés dans plusieurs écoles du quartier Kagbelen, commune de Dubréka, suite à des attaques organisées par des élèves inconnus.

Interrogé par notre reporter, le directeur des études du Complexe scolaire Georges Fofana, Yaya Diallo, a expliqué les circonstances de ces attaques. « Nous étions en cours de composition quand nous avons eu les nouvelles. Nous n’avons même pas achevé la première épreuve. C’est un problème qui a débuté depuis le lundi, 3 février, dans une école privée proche. Cela est dû à la destitution du proviseur du Groupe scolaire le Prince. Les élèves ont réclamé son retour à l’immédiat. Après l’ultimatum donné, ils ont commencé la pagaille. Même la gendarmerie proche était déployée pour le maintien d’ordre », a-t-il confié à Obectif224.com.

Toutefois, Yaya Diallo tient à rappeler que les établissements privés ne sont pas visés par la grève du SLECG. Il ne comprend donc pas pourquoi ces écoles sont perturbées par des élèves du public.

« Les dispositions doivent prises pour éviter les perturbations, car les écoles privées ne sont pas concernées par la grève. Nous n’avons aucun avantage dans cette grève. Nous ne sommes ni reconnus, ni rémunérés par l’Etat », a-t-il plaidé.

Amadou Barry

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.