Rejet des blessés et morts dans les hôpitaux publics : « C’est une expression de la haine noire qui a ainsi atteint le plus haut degré », s’est indigné mardi le FNDC féminin

Les femmes du Front national pour la défense de la constitution, ne se lassent pas de dénoncer les exactions dont victimes les enfants du pays. Dénonçant ainsi la répression contre les manifestants contre le régime d’Alpha Condé.

Elles ont encore dénoncé, ce mardi, 11 février, les multiples tueries lors des manifestations politiques et sociale « sans la moindre enquête a fortiori et sans le moindre jugement’’. La branche féminine du FNDC, a, travers une conférence de presse, rappelé que : « Face à cette banalisation de la vie humaine, nous ne cesserons de protester, de dénoncer, de manifester et d’exiger que justice soit faite, afin que les parents des victimes puissent enfin faire leur deuil », dit leur porte-parole Hadja Maïmouna Bah Diallo.

Les femmes du FNDC ont surtout dénoncé : « L’attaque contre les blessés et les morts dans les cliniques privées, qui sont des endroits où le repos ou le calme doivent régner pour que les malades soient soulagés de leur peine et les morts préparés pour leur dernière demeure. Une telle violation de ces endroits correspond à une horreur indescriptible », regrette, pour sa part, la présidente des femmes du FNDC.

Dans leur déclaration, elles reprochent aux autorités : « d’ordonner aux hôpitaux publics de ne pas recevoir les manifestants blessées ou morts. C’est une expression de la haine noire qui a ainsi atteint le plus haut degré », s’alarment-elles.

Et ces femmes d’exiger à nouveau : « L’arrêt immédiat de ces tueries et de tout type de violence à l’endroit des filles et fils de Guinée lors des manifestations pacifiques ». Le FNDC féminin a conclu surtout en appelant : « toutes les femmes à sortir massivement », ce mercredi 12 et le jeudi 13 février pour participer aux manifestations contre le référendum constitutionnel prévu le 1er mars prochain, en couplage avec les législatives.

Même si le constat général montre que l’appel à manifester du FNDC, a finalement été suivi de manière mitigée à Conakry et à l’intérieur du pays.

Mamadou Yaya Barry

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.