Report des élections : « Il y a encore de l’espoir, on peut sauver la situation », affirme Mamady Kaba, ex-président de l’INIDH

La situation sociopolitique du pays est dominée actuellement par le couplage annoncé des législatives et du référendum, prévu le 1er mars 2020.

Intervenant ce mercredi, 12 février dans l’émission ‘’Les Grandes Gueules’’ de la radio Espace FM, l’ex-président de l’Institution Nationale Indépendante des Droits de l’Homme a fait des propositions pour une sortie de crise en Guinée.

« … Il faut extirper les racines du mal. Ce sont des peurs qui existent de toutes les parts, il faut connaître ces peurs, leurs causes et les remèdes qu’il faut y apporter. Mais cela ne peut se faire que dans le cadre d’un dialogue… », a-t-il conseillé.

Puisque, croit-il savoir, il est nécessaire, dit-il, que les parties se retrouvent autour de la table pour discuter sincèrement pour avoir une « alternance démocratique et pacifique ». Poursuivant, l’activiste des droits de l’homme estime que ce dialogue doit s’ouvrir bien avant le 1er mars, la date prévue pour le couplage des législatives avec le référendum sur la nouvelle constitution.

« C’est mieux qu’on ait ce dialogue-là maintenant. C’est-à-dire avant le 1er mars. Ensuite, rassurer toutes les parties et qu’elles se mettent ensemble en ayant les garanties sures pour l’avenir, de travailler ensemble pour organiser les élections et renouveler les institutions », a-t-il proposé.

Mamady Kaba d’insister : « Si les deux parties adhèrent à l’esprit de bonne foi, on peut trouver les moyens d’organiser les élections dans un contexte plus apaisé…Donc repousser la date des élections. Il y a encore de l’espoir, on peut sauver la situation », a lancé l’ex-président de l’INIDH.

Marliatou Sall

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.