Assassinat d’Idrissa Barry à Wanindara : Sa famille accablée par une ‘’forte indignation’’

Les manifestations appelées par le FNDC se sont souvent soldées par des morts d’hommes. Les forces de l’ordre sont ainsi accusées par les opposants et les organisations de défense des droits de l’homme, d’être les seuls responsables de ces crimes.

Ainsi, lors des dernières manifestations, dans le cadre de la ‘’résistance citoyenne active et permanente’’, appelées par le Front National pour la Défense de la Constitution, hier jeudi, 13 février 2020, un adolescent a perdu la vie à Wanindara.

En effet, il s’agit de Barry Idrissa, jeune adolescent de 15 ans, élève de la 6ème année, originaire de la sous-préfecture de Dounet, à Mamou. Il vivait avec son grand-frère depuis qu’il avait l’âge de 2 ans, après le décès de son père.

Ce vendredi, au domicile de la victime régnait une forte indignation de la famille et des proches du jeune Idrissa. Sa mère biologique, qui est arrivée, ce vendredi, en provenance de Mamou, était inconsolable.

À en croire le grand-frère et tuteur du défunt, Ibrahima Barry, ce sont des jeunes du quartier qui l’ont informé, à la maison, que son jeune frère a été abattu.

Selon ce dernier, c’est au carrefour marché que Barry Idrissa aurait reçu une balle au niveau du nez. Et la balle ‘’a transpercé la tête’’ pour sortir au travers de sa nuque.

Par ailleurs, « c’est très pénible de concevoir le fait que quelqu’un a tué ton enfant. Tirer sur la tête d’un enfant innocent, c’est ignoble. Je dirais que c’est un acte qui a été prémédité par les agents des forces de l’ordre », a-t-il accusé.

Mamadou Alpha Baldé

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.