Manifs du FNDC, renforcé par la résolution de l’UE : « Le Front n’est pas prêt à lâcher, tant que le président ne lâchera pas », tranche Abdourahmane Sano

Cette semaine, l’Union européenne s’est exprimée sur la crise sociopolitique qui prévaut en Guinée. Demandant ainsi au président Alpha Condé le respect de l’article 27 de l’actuelle constitution guinéenne.

Invité de ‘’Les Grandes Gueules’’ de la radio Espace FM, ce vendredi, 14 février, le coordinateur du Front national pour la défense de la constitution (FNDC), s’est tout d’abord réjoui de la bonne volonté de l’UE. Avant de minimiser l’impact de ladite déclaration.

Ce, au lendemain de deux jours de manifestations du FNDC jugés ‘’peu suivis’’ par rapport aux actions précédentes de cette coalition d’acteurs sociopolitiques guinéens contre une nouvelle constitution et un 3ème mandat d’Alpha Condé.

Selon Abdourahamane Sanoh, l’essentiel du travail sur la question de la nouvelle constitution, doit se dérouler, insiste-t-il, en Guinée même. « … Si nous nous réjouissons de ces prises de position qui expriment la reconnaissance du système de combat que mène le peuple de Guinée, pour éviter l’accaparement du pouvoir par M. Alpha Condé et son clan, nous sommes très lucides sur notre combat. Et nous sommes convaincus que tout doit se jouer ici, en Guinée… », a-t-il martelé.

M. Sano de rappeler, par ailleurs, que « le FNDC n’est pas prêt à lâcher, tant que le président Alpha Condé ne lâchera pas ».

Le président de la plateforme de la société civile, PCUD, affirme que : « M. Alpha Condé peut continuer l’intimidation. Il essaye d’intimider pour que tout le monde se taise. Mais, on ne restera pas tranquilles face à cette situation-là. Autant il va continuer à dérouler son programme, autant nous allons continuer à mener le combat », tente-t-il de dissuader le locataire de Sékhoutourea.

Marliatou Sall

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.