Résolution de l’UE sur le respect des deux mandats : « Je suis très désolé pour l’UE, ce n’est pas leur affaire »

Les députés européens ont à travers une résolution, exprimé leur profond regret face au le projet de changement de la Constitution en Guinée. Invitant du coup le président Alpha Condé : « à respecter la constitution du pays, et en particulier son article 27 », limitant le nombre de mandats présidentiels à deux.

Interrogé ce matin, un cadre de la mouvance présidentielle défend à l’Union européenne de s’ingérer dans les affaires internes de la Guinée. L’honorable Mohamed Lamine Kamissoko, député du RPG arc-en-ciel, a déploré cette résolution.

« Je suis très désolé pour l’Union européenne. Des violations flagrantes dans les pays de l’Europe se font tous les jours et les pays qui composent l’UE ont leur constitution, et tous les jours, ce sont des violations flagrantes des règles qui régissent l’Union européenne qui se font », rétorque-t-il, à l’entame.

Continuant, l’honorable Kamissoko s’interroge : « Quel est le pays africain ou de l’Amérique qui s’est mêlé du fonctionnement de L’union européenne ? Ils ne peuvent pas faire des ingérences dans les affaires internes des États, parce qu’ils sont nantis et qu’ils peuvent financer… », ajoute le député et cacique du RPG arc-en-ciel, avant de renchérir : « Donc, si l’Europe veut, pour des raisons d’impérialisme et de néocolonialisme, se mêler dans les affaires internes des États africains, elle va rater la bonne démarche (…) C’est une question de constitution, ce n’est pas leur affaire. Tout ce qu’ils peuvent, c’est d’écouter la voie du peuple », suggère Mohamed Lamine Kamissoko.

Qui rappelle : « Voilà pourquoi l’Angleterre a décidé de se retirer de l’Union européenne. Le problème de constitution de la Guinée, c’est le peuple seul qui devait se déterminer sur la question. L’UNION européenne devait dire qu’elle respecte l’opinion générale de la Guinée », estime le député.

« C’est normal qu’à l’interne, il y ait un petit groupe qui s’agite, mais ce qui compte c’est la majorité », souligne l’honorable Kamissoko, faisant allusion aux manifestations du FNDC.

« Si les Organisations internationales ne font pas attention, à commencer par les Nations-Unies, il risque d’y avoir des dislocations…. L’Afrique a une organisation qui s’appelle Union Africaine, qui peut décider de la rupture des coopérations avec l’Europe », menace-t-il.

Mariama Barry

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.