Marie-Madeleine charge Yéro Baldé : « Sa démission est très loin de celles de Cheick Sakho et de Gassama Diaby »

Depuis l’annonce de la démission du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, les réactions s’enchainent.

C’est ce jeudi, 27 février, que Abdoulaye Yéro Baldé a rendu officiel son départ du gouvernement de Kassory Fofana, à travers une lettre adressée au chef de l’Etat, et parue dans la presse locale.

Le désormais ex-ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique justifie sa démission par le fait que ‘’l’idéal pour lequel ils ont mené trois décennies de combat politique est en train d’être galvaudé au regard de la crise aiguë qui secoue le pays ».

Depuis Paris, la capitale française où elle réside, la présidente du Congrès Populaire Africain (CPA), Marie-Madeleine Dioubaté trouve inopportune la démission de Yéro Baldé. « Mr Yéro Baldé a démissionné par peur de l’avenir proche qui se profile à l’horizon, et non par conviction. Pourquoi démissionne-t-il seulement maintenant après avoir été pendant 30 ans avec son mentor Mr Alpha Condé ? », s’interroge la seule candidate à l’élection présidentielle de 2015.

Avant d’ajouter : « Durant les deux mandats du président, il ne s’est jamais soucié des atteintes aux droits de l’homme, au pillage du pays et à l’alternance démocratique. Il me semble qu’il vient de se rendre compte que les dictateurs et leurs suites ont souvent une fin tragique », assène Marie-Madeleine Dioubaté.

Qui conclut en ces termes : « Sa démission est très loin de celles de Cheick Sakho et de Gassama Diaby », regrette la présidente du CPA.

Amadou Tidiane Diallo

Les commentaires sont fermés.