Coupure d’internet à la veille du double scrutin : « C’est une coïncidence ! », répond lapidairement le DG de la GUILAB

Les citoyens guinéens feront face à une rupture de trafic des données internet et appels téléphoniques du 21 au 22 mars. Si certains y voient une manœuvre liée à la tenue des élections, le DG de la GUILAB, Moïse Koulibaly assure que cette interruption concerne des travaux qui étaient prévus de longue date.

Pour commencer, le directeur de la Guinéenne de large bande précise que c’est une simple coïncidence entre ces travaux et le jour des scrutins législatif et référendaire.

« Il y a 10 jours, qui savait qu’il y a des élections en Guinée ? C’est une coïncidence. C’est des opérations prévues depuis l’année dernière pour le 1er trimestre de 2020 », explique Moïse Koulibaly.

Pour le DG de la GUILAB, ces opérations ont été enclenchées depuis le 17 mars. « Nous avons des travaux de maintenance sur le câble sous-marin ACE du 17 au 22 mars. Pendant cette période, l’ensemble des capacités qui passent sous ce câble sous-marin seront interrompues. Et, l’ensemble du trafic international en Guinée, voies et données, seront interrompues de 1h du matin à 13h. Si les travaux ne sont pas terminés à 13h, nous continuerons jusqu’au dimanche à 9h… Et c’est aux opérateurs de prendre des dispositions concernant leurs clientèles », s’est-il désengagé, lors de son passage dans l’émission ‘’Les Grandes Gueules’’.

D’ailleurs, selon Moïse Koulibaly, parmi les 24 pays concernés, la Guinée, la Sierra Leone et la Gambie seront les plus touchés. « L’inconvénient pour la Guinée est que nous n’avons qu’un seul câble sous-marin. C’est pourquoi, les impacts seront vraiment visibles contrairement à la Côte d’Ivoire et le Sénégal qui ont plus d’un câble sous-marin », regrette le DG de la GUILAB.

Il rappelle, pour terminer, que l’objectif est de faire une mise à jour pour augmenter les capacités du câble sous-marin pour l’intérêt des populations.

Mariama Barry

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.