Demande de suspension du processus électoral en Guinée : La Cour de justice de la CEDEAO fait mordre la poussière au FNDC

Ce jeudi, 19 mars 2020, le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) a enregistré un véritable coup dur à la Cour de justice d’Abuja, capitale du Nigeria. À quelques jours seulement de la tenue du double scrutin du 22 mars prochain, la requête du FNDC en référé devant la Cour de Justice de cette organisation sous régionale, demandant de suspendre le processus électoral en cours en Guinée, a été rejetée.

Cette juridiction ouest-africaine a estimé, apprend-on, qu’à date, les mesures d’urgence sollicitées par la requête du FNDC sont devenues ‘’sans objet et infondées’’ dans la mesure où les élections programmées le 1er mars dernier avaient été reportées.

S’agissant du découplage ou la disjonction des deux scrutins, la Cour de justice de la CEDEAO a fait savoir que ce sont, dit-elle, des questions de gouvernance interne.

En ce qui concerne la mise en cause de la Commission de la CEDEAO et de l’ensemble des États de l’organisation sous régionale, la cour a estimé qu’elle n’a pas lieu d’être.

Une audience sur le contenu de la requête aura lieu, le 30 avril prochain, à la cour de justice d’Abuja au Nigeria, siège de la CEDEAO.

Marliatou Sall

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.