Double scrutin du 22 mars 2020 : « Le FNDC a gagné la bataille, la victoire est du côté du peuple », jure Bah Oury de l’UDD

Les élections législatives et référendaire controversées du 22 mars 2020, ont été émaillées des vives tensions par endroits à Conakry et à l’intérieur du pays, occasionnant des pertes en vies humaines, des destructions et des blessés.

Le parti Union pour la Démocratie et le Développement, qui n’a pas participé à ce double scrutin continue de dénoncer le déficit de légitimité de ce double scrutin. Bah Oury l’a réitéré, ce mercredi 25 mars 2020, dans l’émission ‘’Les Grandes gueules’’ de la radio Espace FM. Qui a d’ailleurs mentionné que : « La CEDEAO qui est notre organisation sous régionale prendra des sanctions vis à vis de certains responsables de ce qui s’est passé ici, parce que c’est inacceptable », à en croire cet opposant au régime d’Alpha Condé.

« Nous sommes dans un pays marqué par la culture trop soviétique, avec les manipulations, les mensonges d’État. Comme l’a dit un ministre. Tout s’est très bien passé. Mais, c’est inadmissible, le mensonge est institutionnalisé ».

Pour ce membre du FNDC : « Il est incontestable que la majorité des Guinéens ne s’est pas déplacée pour participer à ce vote. L’essentiel, c’est qu’il est incontestable que la majorité de la population n’a pas été recensée en conformité avec les règles. Ces élections n’ont eu aucun regard du droit guinéen, puis qu’elles ont été organisées en violation de nos lois et du code électoral ».

Et Bah Oury de sous-tendre ses propos : « À Pita par exemple, tous les bureaux de vote ont été concentrés dans la préfecture… Donc par rapport à ça, il n’y aura ni reconnaissance au point de vue interne, ni au point de vie externe », martèle-t-il.

Bah Oury croit dur comme fer que : « Le FNDC a gagné la bataille, la victoire est du côté du peuple. Il faut que les gens le chassent. Mais l’expression de la victoire peut différer dans le temps ».

Le président de l’UDD enchaîne : « Comment pouvez-vous comprendre tout ce qui s’est passé. Un gouvernement met des moyens pendant un an, avec une grande mobilisation de tous les fonds publics pour obtenir quoi ? Des élections largement boycottées, la non reconnaissance au niveau de la CEDEAO, au niveau de l’UE, de l’UA, disons de la plupart des pays significatifs, bref devant la communauté internationale », a-t-il conclu.

Mamadou Yaya Barry

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.