Journée mondiale des enseignants : Déclaration du Syndicat national de l’éducation

Syndicat national de l’éducation : Déclaration relative à la célébration de la journée mondiale des enseignants
Chers Enseignants,
Camarades syndicalistes, salut!
Loin d’être une journée festive, le 5 octobre de chaque année est une journée de réflexion et de diagnostic des maux et risques liés à l’exercice de notre noble métier. C’est pourquoi cette journée placée cette année sous le thème  » La jeunesse, l’avenir de la profession  » commémore la signature de la recommandation OIT / UNESCO concernant la condition du personnel enseignant de 1966. Cette recommandation fixe les critères de référence relatifs aux droits et aux responsabilités des enseignants ainsi que les normes fixant leur formation initiale et continue, leur recrutement, leur emploi et les conditions d’enseignement et d’apprentissage.

Chers Enseignants, éducateurs et formateurs ;
Nous faisons un travail extraordinaire tous les jours en accompagnant avec succès les élèves et ce en dépit des conditions d’exercice qui ne sont pas toujours faciles : précarité de vie et de conditions de travail, ingratitude, injures, stress, maladies professionnelles, etc.

Il est plus que temps que le gouvernement nous valorise pleinement en tenant compte de notre avis mais aussi en nous accordant rapidement de meilleures conditions de vie et de travail pour faire en sorte que la flamme enseignante reste allumée. Encourager, l’enseignant, c’est contribuer à créer des conditions favorables à son épanouissement moral, physique et matériel. La revalorisation de notre statut professionnel : Salaire, recrutement, conditions de travail et droit à une retraite décente, la reconnaissance de nos qualifications et nos compétences disciplinaires et notre rôle essentiel dans le progrès de l’éducation et l’importance de notre contribution au développement de la personnalité humaine et de la société moderne.
Valeureux enseignants de Guinée, unis et solidaires, nous serons forts.
Nous devons être valorisés et respectés.

Et c’est pourquoi le syndicat national de l’éducation SNE appelle à une unité d’action syndicale pour pouvoir valablement défendre les intérêts matériels et moraux des enseignants mais dans le respect du principe sacro-saint du tripartisme : Gouvernement, patronat et syndicat, qui régit le fonctionnement des relations sociales et surtout de la pluralité syndicale. Le Sénégal a 48 syndicats de l’éducation mais cela ne les empêche pas d’unir leurs forces quand il s’agit de défendre les intérêts collectifs des enseignants.

Chers enseignants,
Aujourd’hui le syndicalisme est devenu un moyen d’enrichissement illicite sur le dos des pauvres enseignants, une guerre de leadership , de monopole et d’hypocrisie teintée d’une dose politique. Des leaders syndicalistes sont aujourd’hui propriétaires de luxueuses villas et voitures menant du coup une vie ostentatoire et d’opulence en flagrante contradiction avec les conditions de vie et de travail des enseignants. Quelle différence Y-a-t-il entre ces syndicalistes et les pouvoirs publics qui nous affament au quotidien ?

C’est pourquoi votre syndicat , notre syndicat, le SNE le syndicat du renouveau et de l’espoir vient corriger le tir en inhalant la poudre de craie avec vous. Car tous ses membres sont en situation de classe. Pour nous , la meilleure façon de défendre les intérêts matériels et moraux des enseignants consiste à partager leurs peines et souffrances.. Le temps est notre témoin.

Ainsi , en votre nom, le SNE soumet ce cahier de charges au gouvernement afin qu’il puisse assumer pleinement ses responsabilités : celles de la qualification de notre système éducatif et l’amélioration des conditions de vie et de travail des enseignants :
1- La construction des nouvelles salles de classe et leur équipement ;
2- La rénovation des écoles publiques en état de vétusté.
3- La réglementation du secteur de l’enseignement secondaire privé en obligeant les fondateurs d’écoles privées à signer des CDD( Contrats à durée déterminée) et CDI( Contrats à durée indéterminée) avec les enseignants du privé qui sont foncièrement mal rémunérés par des fondateurs cupides qui pourtant rançonnent les parents d’élèves d’année en année.
4- La revalorisation du statut particulier de l’éducation conformément à son article 100 qui stipule que << Les échelles de traitement des enseignants chercheurs devaient être revues périodiquement pour tenir compte des facteurs tels que l'augmentation du coût de la vie, ... Une hausse de salaire et des traitements.>>.
5- Le paiement en fin septembre et non fin octobre de la prime de documentation .
6- Le paiement mensuel des salaires de vacances pour permettre aux enseignants de préparer la rentrée scolaire et les fournitures scolaires de leurs enfants à partir de fin août.
7- La revalorisation substantielle des primes de zone pour remédier au déficit d’enseignants dans les zones rurales.
8- promouvoir l’avancement en grade par le mérite et sur la base des notes d’inspection obtenues par chaque enseignant lors des visites de classe
9- L’engagement des enseignants contractuels à la fonction publique
10_ La revalorisation de toutes les primes liées à la profession enseignante.
11- La dotation des enseignants en denrées de premières nécessités.
12- La réhabilitation des journées d’animation pédagogique en vue d’un renforcement continu de capacité des enseignants
13- Doter les chefs d’établissement d’un budget de fonctionnement et revaloriser leurs primes de fonction.

Pour finir , le SNE appelle toutes les structures syndicales à leurs responsabilités sociales en vue d’une rentrée scolaire apaisée. Notre devoir est d’abord la défense du travail, car les élèves qui ont échoué par exemple au bac ont fait tout leur cycle du lycée dans les grèves ( 2017: 11e A , 2018 : 12eA et 2019 : Terminale) . Toutes les conditions étaient alors réunies pour aboutir à ces échecs massifs. C’est le lieu aussi de rappeler au gouvernement qu’il est le principal responsable de ces échecs par la mauvaise gestion des crises scolaires en apportant des solutions conjoncturelles à une crise structurelle.
Vive les enseignants de Guinée ;
Vive l’école guinéenne et une rentrée scolaire apaisée ;
Vive le SNE.
Camarades salut!
Unis et solidaires nous serons forts.

Conakry, le 05 octobre 2019

Le Secrétaire Général

Michel Pépé BALAMOU

Les commentaires sont fermés.