Recensement des enseignants : Les trois raisons qui font douter le SLECG d’Aboubacar Soumah

La chasse aux enseignants fictifs via une opération de recensement général du corps enseignant, a pris fin au niveau de la commission dirigée par Dr Alpha Amadou Bano Barry, ministre d’État, conseillé à la présidence de la République.

Cette opération va désormais être suivie d’un processus d’assainissement.

Par ailleurs, le SLECG version Aboubacar Soumah dit relever un vice de procédure dans le déroulement du recensement. Selon le patron de cette version, sa structure syndicale avait fait observer trois choses liées notamment trois actes posés par le gouvernement. Lesquels actes, dit Aboubacar Soumah, auraient fait ‘’un peu douter’’ son SLECG.

« Lorsque nous avons commencé le recensement, on avait demandé qu’au fur et à mesure qu’on progressait dans le processus d’assainissement que les mêmes données soient envoyées dans notre boîte. À Conakry, ça a été le cas, mais dès qu’on a abordé l’intérieur du pays, il y a eu blocage », a-t-il dénoncé lors de son passage dans l’émission ‘’Les Grandes Gueules’’ de la radio Espace FM.

Poursuivant, Aboubacar Soumah a déploré aussi la décision qui fait que les résultats du premier recensement ont été mis à la disposition des DPE et des IRE, pour que ces structures puissent y apporter des corrections. Et cela, stigmatise le SLECG d’Aboubacar Soumah, sans les informer au préalable.

« Nous avons signalé cela à Dr Bano Barry (président de ladite commission, ndlr). Il nous a dit que c’est le DRH de l’enseignement pré-universitaire qui a pris cette décision-là, avec son ministre, et qui ont envoyé les résultats aux démembrements de l’administration », a-t-il indiqué.

« Il (Dr Bano Barry, ndlr) a présenté les résultats finaux au Premier ministre et au président de la République, sans se référer à la commission. C’est la commission qui a travaillé. Dans les conditions normales, il devait montrer ces données aux membres de la commission avant », a-t-il dénoncé.

Mamadou Alpha Baldé

Les commentaires sont fermés.