Résultats du recensement du corps enseignant : Le SLECG de Kadiatou Bah marche des œufs…

Le récent recensement des enseignants effectués en Guinée continue de susciter des contestations de part et d’autre.

Si le SLECG version Aboubacar Soumah parle un vice de procédure dans l’opération, le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée version Kadiatou Bah, quant à lui, dénonce des résultats prématurés entachés d’erreurs.

Madame Kadiatou Bah tient toujours à rappeler que sa structure syndicale n’a pas été associée à ce « fameux recensement ».

Cependant, « Nous continuons encore à mettre une réserve par rapport à la situation des enseignants qui évoluent réellement en situation de classe ou dans l’administration scolaire. Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est que les enseignants-là ne soient pas touchés », a-t-elle indiqué, au cours de son passage, jeudi, dans l’émission Les Grandes Gueules de la radio Espace Fm.

À en croire madame Kadiatou Bah, son syndicat avait constaté que certains enseignants ont été psychologiquement martyrisés. « Ils n’ont même pas bénéficié de leurs vacances scolaires. Soit ils n’ont pas été recensés, soit ils se retrouvent sur la liste des décédés ou sur la liste des cas douteux », a-t-elle fustigé.

Parce que, selon elle, « On ne peut pas aller faire le recensement, revenir sans même faire le traitement des données, et puis donner directement des résultats provisoires. C’est là où les enseignants ont été martyrisés dans leurs têtes. Nous, c’est par rapport à ça qu’on a réagi », a précisé la secrétaire générale du SLECG.

Pour conclure, madame Kadiatou Bah souligne qu’en attendant qu’il y ait les résultats finaux, elle et ses collaborateurs portent toujours leur réserve. « Nous ne pouvons pas dire que le travail a été mal fait, mais le travail a été inachevé », a-t-elle affirmé.

Mamadou Alpha Baldé

Les commentaires sont fermés.