La tribune salée de Monenembo : Alpha Condé, « l’homme qui tue dans les cimetières. Bravo, Monsieur le Président ».

Les salauds ! Ils tuent et ils pleurent à la place des victimes. Machiavel est battu. Alpha Condé et sa sinistre équipe détiennent dorénavant le record absolu du cynisme.

Après avoir ordonné de tirer à vue sur nos vieilles femmes et nos enfants, le président-professeur envoie ses larbins de ministres dans les familles de nos martyrs, présenter ses condoléances ! Nous ne savions pas que les bourreaux, à la manière des crocodiles secrétaient aussi des larmes.

Seulement, tuer ne suffit pas au plaisir de ces gougnafiers. Il leur faut aussi constater de visu les souffrances des veuves et des orphelins pour atteindre le faîte de la jouissance. Après avoir arrosé les honnêtes citoyens de balles, ces cyniques les arrosent de larmes. C’est le chœur des pleureuses, le méga- concert des lamentations !

Kassory Fofana, ce tendre, y va même de son couplet le plus hypocrite en adressant ses « pensées émues » aux familles des victimes. Après les balles émues, les pensées émues !

Après avoir arrosé les honnêtes citoyens de balles, réelles, voilà qu’on les arrose de larmes de crocodiles.

Incroyables dirigeants guinéens !
Les chefs d’Etat sont comme les doigts de la main : ils ne sont jamais les mêmes. A chacun, son ambition ! Nourrir, éduquer, soigner pour les présidents dignes de ce nom ! Remplir les prisons et les cimetières et vider les caisses de l’Etat, pour notre obsédé du troisième mandat ! Corruption et répression, voilà les maîtres mots des dictateurs africains ! Et dans ces deux domaines, il va de soi que notre président actuel dépasse largement son ancien geôlier. Sa corruption à lui est sophistiquée, et sa répression, raffinée. Il ne tire pas n’importe comment, ce Monsieur, il vise ses cibles en fonction de l’ethnie. Les gaz lacrymogènes pour ceux-ci, les bazookas et les kalachnikovs pour ceux-là. Ses crimes, il les commet en fonction du patronyme, ce crypto-tribaliste. « La Guinée appartient aux Malinkés, aux Soussous et aux Forestiers », clame-t-il à la face du monde, sans un frisson de honte. Et les Mossis ? La Guinée appartient-elle aussi aux Mossis ?

Il a tout mis à l’envers, ce président qui n’a jamais gagné une élection. Tout, même les couleurs. C’est l’Arc-en-ciel- apartheid ! Réveille-toi, Mandela, ils t’ont filouté en Guinée. Ils ont sali ton nom, brûlé ton emblème, définitivement brouillé ton message.

Pauvre Mandela, maudite Afrique !
On croyait avoir atteint le pire avec Sékou Touré, Lansana Conté, Dadis Camara et Sékouba Konaté. Eh bien non, le pire, c’est maintenant que nous le vivons. Alpha Condé ne se contente pas de tirer sur les vivants, il tire aussi sur les cortèges funèbres. En 1917, L’Humanité, le journal du Parti Communiste, se moquait du président Raymond Poincaré, « l’homme qui rit dans les cimetières. » C’est rien ça, nous avons, nous, en Guinée, l’homme qui tue dans les cimetières. Bravo, Monsieur le Président. Rien, de plus courageux, de plus épique, de plus magnanime que de tirer sur une ambulance !

Certains gagnent leurs galons au nombre d’écoles construites et de routes bitumées, Alpha veut gagner les siens au nombre de manifestants abattus. Déjà 120 morts pour avoir osé protester contre la misère et l’arbitraire. Et ce n’est pas fini. Combien de centaines dans les semaines à venir ? Combien de milliers si jamais il réalisait son funeste projet de troisième mandat ?

Familles des victimes ne tenez pas compte des larmes de Kassory Fofana, de Taran Diallo et de leur cruel patron ! N’acceptez pas leurs condoléances ! Ne les recevez pas chez vous, ce serait profaner les tombes de nos chers disparus ! Au contraire, foutez-les dehors, à coups de pieds au cul ! Qu’ils aillent verser leurs larmes de crocodiles en enfer !

Tierno Monénembo, in Le Lynx

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.