Enrôlement des électeurs : Des citoyens qui ignorent jusqu’à leur date naissance…

Malgré le retard lié à leur démarrage en maints endroits à Conakry et l’intérieur du pays, les opérations d’enrôlement des électeurs mobilisent beaucoup de citoyens. C’est la queue devant les différents bureaux de recensement de la commune Ratoma, visités par le reporter de votre quotidien en ligne.

Ainsi, à Koloma-Soloprimo, l’engouement est perceptible devant les CAERLES. Le président du bureau de recensement N°0975, secteur-rails, au quartier Koloma Soloprimo, se félicite du déroulement de l’opération. « Le recensement devait commencer normalement comme l’a annoncé le président de la CENI, le 21 novembre dernier. A cause de l’absence des opérateurs de saisie, on n’a pu commencer que le 22. Mais, depuis qu’on a commencé, vraiment tout se passe bien. Il y a vraiment de l’affluence », se réjouit Abdoul Aziz Diallo.

Sans passer sous silence quelques difficultés rencontrées. « Les difficultés qu’on rencontre ici, c’est qu’il y a beaucoup de gens qui viennent parfois sans aucune pièce d’identification. Ceux-ci nous font perdre beaucoup de temps. Il y a aussi des personnes qui sont à leur première fois et qui viennent sans aucun papier, et parfois qui ne connaissent ni leur date de naissance ni leur âge. Tout ça, c’est aux agents du bureau de calculer pour définir leur âge. Donc, cela nous prend beaucoup de temps, parce qu’il faut remplir pour eux, un formulaire d’identification et un certificat de résidence pour leur attribuer un numéro avant de les orienter vers la machine », explique M. Diallo.

Parlant du traitement des pièces d’identité, il précise : « la machine ne peut scanner que trois types de pièces d’identité : la carte d’identité nationale, le passeport et le carnet militaire. Alors, ceux qui viennent avec ces pièces accompagnées de leurs récépissés n’ont besoin d’aucun formulaire. On les oriente directement au niveau de la machine. Et s’ils n’ont que la carte, on ne fera que remplir leur formulaire d’identification. Donc, voilà entre autres, les quelques difficultés qu’on rencontre ici », confie le président du bureau de recensement N°0975, secteur-rails, au quartier Koloma Soloprimo.

Mamadou Alimou Barry

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.