Déguerpissement à Kaporo-Rails,… : « Ce n’est pas de gaieté de cœur que l’Etat casse », tente de justifier Dr Ibrahima Kourouma

Interpellé le lundi dernier, à Conakry, sur la casse des maisons à Kaporo-Rails et autres endroits, lors de la présentation des acquis de son département, le ministre en charge de la ville et de l’aménagement du territoire a tenté de se justifier.

À en croire Dr Ibrahim Kourouma, il ne le fait pas, par plaisir, mais parce qu’il est obligé de respecter la loi qui dit que l’État a, dit-il, le droit de récupérer ses domaines.

« Ce n’est pas de gaieté de cœur que l’Etat casse. On ne vient pas casser, parce que ça nous fait plaisir. C’est vrai que comme vous dites, ça fait de la peine, c’est dur, c’est même écœurant, mais face à la loi chacun doit comprendre. Si l’État veut récupérer son domaine pour un travail, vraiment, je suis obligé de faire le travail qu’il faut », a-t-il expliqué devant la presse.

Selon lui, ces casses interviennent pour deux raisons. La première, c’est pour sécuriser la population des inondations et autres dégâts liés à l’occupation ou la construction anarchique.

Et la deuxième chose, « nous sommes tous Guinéens, sonc, propriétaires de la terre qui est une propriété de l’Etat. Chacun de nous, de façon consciencieuse, doit prendre des dispositions pour ne pas occuper un domaine appartenant à l’Etat », a-t-il fait savoir.

Tout ajoutant des conseils : « avant d’acheter un terrain, il faut vérifier si ça n’appartient pas à l’État. Parce que dans 20 ou 60 ans, l’État viendra pour récupérer ». Prévient Dr Ibrahima Kourouma.

Marliatou Sall

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.